Naso Teribe / Bribri

Les Naso Teribe

Il existe dans la province de Bocas del Toro, un petit groupe d’indigènes nommé Naso ou Teribe.
Certains anthropologues les appellent les “Tlorios”. Jadis, ils étaient connus cous le nom de Tojar, Terbi, ou encore Terraba ou Terebe. Certains affirment que Naso est une mauvaise prononciation de tjer di qui signifie “rivière grand mère”, esprit ancestral qui permet de s’orienter. Ils vivent dans les zones côtières de la Teribe, de Changuinola, de San San, et parlent la langue Naso.

Leur communauté se compose de 11 villages. Les Naso sont pour la plupart des agriculteurs très pauvres et complètent donc leurs revenus avec la vente de produits agricoles (cacao, oranges, bananes plantains…), d’animaux (porcs, poulets, canards…), de bois (cordia alliodora, cedrela odorata…) et de quelques objets artisanaux.

Les maisons traditionnelles des Naso sont construites sur pilotis, les toits sont faits de chaume. Ils dorment sur des nattes faites d’écorce provenant de l’arbre  de caoutchouc. Les nouvelles maisons utilisent des planches de bois pour les murs et les sols et ont parfois un toit en tôles ondulées.

Un roi gouverne la tribu. Depuis les années 1980, la succession se fait par le vote de la population adulte. Si la tribu demeure insatisfaite de l’actuel roi (ou reine, parfois, par exemple la reine Rufina), un autre membre de la famille royale peut être choisi. Le peuple choisira alors par vote s’il veut ou non remplacer l’actuel roi par celui proposé. Aujourd’hui, l’actuel roi est Tito Santana.

Les Bribri  

Les Bribri habitent le long des rives de la rivière de Yorkin (situé côté Panama) et Sixaola (situé côté Costa Rica) dans le nord ouest du pays! Ils vivent dans des clans familiaux et se nourrissent grâce aux activités de pêche, de chasse et d’agriculture. Leur façon de vivre les a tenus à l’écart de la civilisation. Par conséquent, ils ont préservé leur culture qui reste intacte, ainsi que leur vision de l’univers. Ils parlent dans un langage qui leur est propre, et leurs croyances spirituelles sont tournées vers leur Dieu Sibu. Le cacao, comme dans la plupart des groupes indigènes du sud du Costa Rica et du nord du Panama, a une signification particulière dans leur culture.

Les branches de cacao ne sont jamais utilisées comme bois de chauffage et seules les femmes sont autorisées à préparer et servir la boisson sacrée. Le cacao est utilisé pour des occasions spéciales, des cérémonies et certains rites. Actuellement, il existe plusieurs associations de femmes bribri qui produisent du chocolat bio fabriqué à la main.Les Naso/Bribri représentent le plus petit groupe d’indigènes dans le pays. La population des deux tribus réunies n’atteint que 2% de la population totale des indigènes du Panama.