Territoires Indigènes ou « Comarcas »

La République de Panama a une superficie de 75.517 km2. 22% de ce territoire est propriété indigène, c’est à dire 16.751 km2. Selon le recensement de 2010, la population indigène est de 318.059 personnes et représente 9.34% de la population national, et elle appartient à 7 peuples: Guna, Emberá, Wounaan, Naso ou Teribe, Ngöbe, Buglé et Bribris.

Les territoires indigènes sont connus sous le nom de « Comarcas », trois d’entre elles sont des provinces (Guna Yala, Emberá-Wounaan, Ngöbe-Buglé) et concentrent a 63% de la population indigène ; deux autres, plus petites, sont des communes (Guna de Madugandí et Guna de Wargandí).

Panama est pionnier en Amérique Latine pour reconnaître les droits territoriaux indigènes. 

A partir de ce moment, l’état a établi une politique de ne pas créer plus de « comarcas ». Mais plusieurs peuples n’ont pas de territoires titulaires et ils continuent de l’exiger: les peuples Naso Tjerdi, Bri Bri, une fraction des Emberá et Wounaan (au Darién, Alto Bayano et Chimán) et les Guna de Dakarkunyala. Les lois mises en place reconnaissent le droit de territoire et la gouvernance des peuples indigènes et fixent que les terres collectives dans les « comarcas » sont insaisissables et imprescriptibles.